Tourmaline

Tourmaline

 

1952, Lima, Pérou.

Mon grand-père embarque avec sa famille sur un paquebot pour le Pérou. Il va prendre un poste au sein du Crédit Lyonnais.
Il y reste 4 ans puis il est muté en Italie.

15 novembre 2010, Holding Textile Hermès, Pierre Bénite.

J’ai fini cette nuit de dessiner les derniers motifs pour la housse de couette du lit.
Demain, Juraj Straka, le graphiste de la Holding Textile Hermès m’apprendra à mettre un motif au rapport et à monter des motifs placés.

16 août 2011, Montréal, Québec.

Je travaille sur les motifs géométriques mozarabes et cherche une cellule monastique pour pratiquer l’arabesque dans un pur ascétisme.

Ma tante contacte la mère supérieure du monastère de Santa Maria de Casbas en Aragon afin que je puisse y séjourner un mois avant d’aller me marier à la Pointe du Raz. La religieuse reste méfiante à mon égard et préfère me renvoyer vers l’abbaye de Poblet.

Le monastère de Poblet est occupé par des moines cisterciens qui maintiennent le silence et bannissent toutes les communications avec l’extérieur. La porte même du bâtiment ne s’ouvre quotidiennement que pendant une demi-heure.
Ces conditions m’enthousiasment énormément mais se révèlent incompatibles avec le poste que je vais occuper à partir de septembre à la Casa de Velazquez, l’académie de France en Espagne, qui m’oblige à rester facilement joignable.

15 septembre 2011, Cuesta Alhacaba 14, Granada, Espagne.

À la librairie de l’Alhambra je découvre le manuel de géométrie islamique d’Éric Broug.

05 octobre 2011, La Barceloneta, Barcelona, Espagne.

Je dessine des motifs répétitifs, jonglant avec les symétries centrales, axiales et obliques. L’appartement partagé avec deux artistes et une junkie est recouvert d’azulejos.

Je passerai un an et demi à me perdre dans ces jeux de miroirs et à dessiner des motifs.

22 octobre 2016, Le Générateur, Gentilly.

J’arrive à la salle de spectacle un peu avant midi pour avoir le temps de répéter ma première performance au cours de laquelle j’userai un bloc de savon monté sur le rotor d’un presse-agrume.
Je suis programmé à 22 :00, dans 10 heures. Je comble le temps en parcourant « Act or Perish », le catalogue de la rétrospective de Gustav Metzger en Pologne.
Metzger combine dans son œuvre l’écriture de sa propre vie à celle de l’Histoire. Je découvre son installation de 1965 Liquid crystal environment.

Août 2017, Galerie 1, Centre Pompidou, Paris 4ème.

Céline m’offre deux kaléidoscopes provenant de la boutique de l’exposition Hockney qui se tient pendant l’été au Centre Pompidou. Elle ne parvient pas à choisir et en prends deux, un pour chaque œil.
L’utilisation simultanée de deux kaléidoscopes entraine une saturation de l’œil ou du cerveau.

12 septembre 2017, librairie la Petite Égypte, Paris 2ème.

Céline m’offre l’édition française de l’art des motifs islamiques d’Éric Broug.

29 décembre 2017, bibliothèque Germaine Tillion, Paris, 16ème.

Itambacuri fait partie de l’état du Minas Gerais. La région a été dessinée en fonction de l’exploitation minière.

Dans les livres qui retracent l’histoire du Brésil, la période préhistorique s’étend jusqu’en 1500, date où les colons portugais plantèrent leur première croix au milieu des Tupinambas.
Le territoire d’Itambacuri est alors habité par 4 groupes d’indiens : Les Kréns, les Aranas, les Mokurins et les Pojixas.
Dès le XVIIème siècle, ils subissent la violence des bandeirantes, ces nervis utilisés pour ouvrir des routes et prospecter dans les terres à la recherche de ressources exploitables.
En 1628, la violence et les massacres des bandeirantes se multiplient à tel point que les jésuites décident de faire frapper d’excommunication quiconque fera le commerce des esclaves. Les Paulistes expulsent les jésuites et confisquent leurs biens.

En 1698, la Bandeira de Bartolomeu Bueno de Siqueira trouve de l’or au Minas Gerais. La ruée vers l’or commence. Les colons portugais convergent et avec eux l’esclavage.

En quelques dizaines d’années les principaux filons d’or sont épuisés. Les exploitants se tournent alors vers les richesses souterraines.

Aujourd’hui le Minas Gerais regorge de mines en activité. À Itambacuri, il y a la mine de Santa Rosa d’où l’on extrait de la tourmaline qui va du vert au bleu avec parfois des nuances de rose impressionnantes. On l’appelle alors « Melon d’eau »

27 janvier 2018, Magasin Nature et découverte, Paris 4ème.

J’achète un kaléidoscope métallique. Les perles multicolores et translucides sont logées dans une petite capsule transparente que l’on fait tourner à l’extrémité du tube d’aluminium. Je descelle la capsule avec un opinel afin de pouvoir réaliser des tests avec mes propres perles.

9 février 2018, Minérales do Brasil, Paris 8ème.

Je demande à une vendeuse quels sont les minéraux qui proviennent de la mine de Santa Rosa à Itambacuri. Devant sa surprise, j’étends ma zone de recherche à tous les minéraux du Minas Gerais.

Seul l’améthyste et le cristal de roche viennent du Minas Gerais, le reste vient de Chine.
Pour mes tests je prends un collier et un bracelet de gemmes colorés.

La roche mère, Paris 11ème.

La roche mère est une boutique dédiée aux pierres thérapeutiques. Regina qui tient le lieu a plus l’habitude de parler de l’influence des cailloux sur l’ouverture des chakras que de l’origine géographique de ses roches. Cependant elle connaît la provenance exacte de ses roches, leur parcours.

Elle m’apprend que les pierres de Minérales do Brasil viennent bien du Brésil et beaucoup du Minas Gerais. Il n’y a pas de gisement de ce type en Chine. Elles ne séjournent en Chine que pour être taillées, ce qui explique que les colis que les grossistes reçoivent soient en provenance de Chine.

Regina dispose de beaucoup de pierres du Minas Gerais : topaze impériale, améthyste, aigue-marine, grenat, tourmaline. Les roches sont fines et colorés mais d’un volume trop important pour se loger à l’intérieur de la capsule d’un kaléidoscope.

La cachette à Malice, Paris 11ème.

Je trouve un kit pour réaliser son propre kaléidoscope. Je fais des tests avec mes perles brésiliennes aux formes brutes. Les motifs apparaissent.